Un an après… et alors?

1

Vous êtes nombreux à me demander les plus et les moins entre le Québec et la France. Cela fait un peu plus d’un an que nous sommes arrivés en famille.

 

Il y a tellement de choses à dire que je ne sais pas trop par où commencer !

La première chose qui saute aux yeux c’est le multi culturalisme qui règne ici. Je n’ai jamais vu de ville aussi cosmopolite que Montréal. J’ai pourtant un peu voyagé et vécu à l’étranger. Même un an après ce sentiment reste encore très fort.

Il y règne un respect de l’être humain, de la différence, du droit à être soi, à être vrai qui est surprenant. Toutes les cultures se côtoient, se mélangent avec tant de respect.

Pas d’agressivité, pas d’incivisme, pas de jugement.

Après 10 ans à Beaumes de Venise où il y règne un incivisme, un racisme si fort. Les habitants refusent la différence et traite d’Estranger celui qui n’ai pas natif du village depuis plusieurs générations. Certains se comporte de façon tellement malveillante. Aucun respect de l’autre ! Et Paris. Même les « gay » y sont rejetés et insultés ! Ici pas de stéréotype, un humain est un humain. POINT.

Le seul hic ce sont les Inuits (Les Inuits sont un peuple autochtone des régions arctiques de la Sibérie et de l’Amérique du Nord ainsi que du Groenland), ont leur a volé leur culture, leur terre, leur droit à vivre selon leur code ! On les voit malheureux, alcoolisés, défoncés. C’est dur. C’est  un véritable problème de fond au Canada.

La deuxième chose ce sont les administrations. Lourd et vaste sujet en France. J’avoue qu’à chaque fois qu’il a fallu que j’entre dans une administration d’état j’étais déjà à cran prête à bondir ! Même si je me disais au fond de ne surtout pas m’énerver, de rester calme, j’étais tout de même très tendu !

Quelle surprise ! Oui surprise. Un accueil chaleureux, convivial, souriant. Un sens du service phénoménal. Alors oui il y a de la paperasse, ce n’est pas toujours simple, mais par contre, c’est rapide et efficace. Tout est fait avec un tel respect, une telle gentillesse ! Les gens sont heureux de leur travail, heureux de pouvoir vous aider. Alors que vous avez terminé ils vous demande systématiquement : “est ce qu’il y a encore quelque chose que je peux faire pour vous?”

Qu’avons nous raté en France pour ne pas réussir à faire ça ?

La troisième chose l’école. L’uniforme obligatoire (pas partout). Une fois encore c’est la preuve que l’on refuse tout stigmate, toute reconnaissance à tel ou tel échelle sociale.

Tous égaux, tous pareil.

On écoute les jeunes.

A partir de 14 ans les enfants  doivent prendre leurs responsabilités et n’ont plus besoin de l’approbation de leurs parents concernant leur cursus scolaire ! Les enfants sont considérés comme des personnes non comme des enfants. Les profs ne se la jouent pas, pas de hiérarchie juste du respect. Et c’est parce que les jeunes se sentent respectés et écoutés qu’ils en font de même.

L’école leur passe un message simple : « Nous allons t’apprendre à t’aimer. Parce que tu t’aimeras, tu respecteras les autres. Parce que tu te respecteras tu respecteras ton environnement ». Wouah !!

Deuxième message : « vient avec ton idée nous t’aiderons à la réaliser » ! Double Wouah !

La quatrième, l’esprit d’entreprenariat, il est EXTRÊMEMENT fort, dès le secondaire on apprend aux jeunes à monter des projets, à réfléchir ensemble à un concept et à le mettre en place. Imaginez-vous que les enfants commencent leur premier petit boulot à 12 ans, en faisant du babysitting (ils passent en dernière année de primaire un diplôme de gardien(ne) avertit). Un jeune peu travailler officiellement à 14 ans et passer son permis à 16 ans.

90% des étudiants travaillent pour s’assumer et payer leurs études même si papa, maman ont les moyens de leur payer.

À la sortie du Collège/CÉGEP (correspond à bac+1, ils ont entre 20 et 21 ans pour la plupart ) j’ai rencontré des  jeunes qui présentaient devant un jury de professionnels et un public de 1000 personnes leur  projet d’entreprise. C’était impressionnant de les voir s’exprimer avec autant de confiance de dynamisme… Des futurs entrepreneurs pour la plupart.

Cinquièmement les festivals…

Il y en a toute l’année et systématiquement il y a un programme gratuit. Oui j’ai bien dit gratuit, je n’ai jamais assisté à autant de concert d’artistes connus que cette année. Les festivals prennent place au rythme des saisons. C’est stupéfiant.

Montréal est une ville de fête. Jazz, cirque, juste pour rire, Igloofest, Montreal en Lumière… et plus encore (j’en oublie tellement il y en a) en 2017 ce sera les 375 ans de Montréal ça va être “fou” 😊

Voilà pour notre première année à Montréal.

En un an que du positif, même si parfois c’est difficile d’être loin de la famille. Mais le bonheur de vivre ici dépasse largement cette légère nostalgie, cet éloignement…

Montréal, de notre point de vue, ce n’est que du bonheur 😉

1 commentaire
  1. selmoonette dit

    Ca donne envie ! et ce que tu décris par rapport à l’école et au multi culturalisme ne m’étonne pas du tout, on m’en avait fait part plusieurs fois.
    Comme tu dis.. qu’avons nous raté en France ?

    Dans mon pays d’expatriation à Bahrain, je ne me lasse pas du vivre ensemble entre toutes religions, nationalités et cultures différentes, je trouve ça tellement beau car j’avais tant besoin de ça.

    merci pour ton retour ça donne envie ! (sauf les températures :-)))

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.